J'étais l'agent de Staline

Temps de lecture : 3 heures et 20 minutes

Walter KRIVITSKY

Nouveau Monde éditions

"Voici le témoignage fascinant d’un des piliers du système d’espionnage stalinien dans l’entre-deux-guerres. Jeune juif polonais bolchevique en 1917, Krivitsky sera de toutes les guerres de l’ombre entre 1918 et 1939. Envoyé derrière les positions des Russes blancs qui combattent les communistes, il mène des actions de sabotage. En Allemagne au début des années 1920, il organise la lutte du mouvement ouvrier contre l’occupation française et la police allemande. Un temps enseignant à l’académie militaire de Moscou, il est renvoyé en Europe pour organiser des réseaux d’agents communistes. À la demande de Staline, il organise un trafic de faux dollars pour saper l’économie capitaliste et approvisionner l’URSS à peu de frais. Basé à Rotterdam en 1933, il gère un grand nombre d’agents, jusqu’au sein du gouvernement du Front populaire en France et des services secrets britanniques. On lui attribue des vols de plans d’avions et de sous-marins ainsi que l’interception de correspondances entre l’Allemagne nazie et le Japon. En 1936, il est envoyé en Espagne pour organiser les Brigades internationales. Il découvre que Staline a aussi pour but d’éliminer à cette occasion les trotskistes et autres déviants de la ligne du Parti. Des purges secouent le NKVD. De retour à Moscou, Krivitsky prend conscience du fossé qui s’est creusé entre Staline et une majorité de la population. Certains de ses amis de l’appareil sécuritaire sont éliminés. Il est renvoyé en France pour transmettre son réseau d’agents, mais l’assassinat en Suisse de l’un de ses amis le convainc de disparaître. En contact avec divers socialistes et journalistes français, il organise la parution dans la presse d’articles hostiles à Staline. Il déménage avec sa famille aux États-Unis où il devient célèbre en quelques articles et interviews. Ses mémoires, J’étais l’agent de Staline, publiées en 1939, connaissent un succès foudroyant. Krivitsky est désormais consulté par les services américains et britanniques. Il annonce bien avant le pacte germano-soviétique que Staline s’alliera avec Hitler. Le 9 février 1941, il est retrouvé mort dans une chambre d’hôtel de Washington. La police conclut au suicide, mais dans les sphères gouvernementales et sécuritaires, tout le monde pense que Krivitsky a été assassiné. "

Informations légales : prix de location à la page 0,0120€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur. L'offre SNCF e-LIVRE est gratuite et n'engage aucune dépense pour l'utilisateur.